Le coût d’usage d’un écran interactif est devenu inférieur à celui d’un tableau interactif ou d’un vidéoprojecteur interactif

Cela ne se sait pas encore, mais un écran interactif est d’ores et déjà, à l’usage, plus intéressant financièrement qu’un vidéoprojecteur interactif.

EcranInteractif-e1450129014781Un vidéoprojecteur interactif, sur une durée de 5 ans, va coûter environ 1 500 € (achat) + 500 € (lampes / filtres à remplacer) + 300 € (interventions diverses de maintenance) + 500 € (installation), soit environ 3 000 €, c’est à dire 600 € / an avec de multiples désavantages par-rapport à l’écran interactif:

 

  • qualité d’image moyenne, qui n’a rien à voir avec celle d’un écran interactif
  • risques d’éblouissement (élèves, professeurs)
  • ombre portée (même en focale ultra-courte)
  • qualité d’image non constante (car la lampe vieillit de façon continue jusqu’à sa dégradation complète)
  • fiabilité moindre que celle d’un écran interactif (et donc plus de jours de panne)

 

Un écran tactile de 84″” tels que ceux que nous proposons, sous Android, va coûter sur 10 ans, environ 6 500 € (achat) + 500 € (installation), soit 700 € / an.
– Un écran interactif de 75” : environ 540 € / an
– Un écran interactif de 65” : environ 370 € / an
– Un écran interactif de 55″ : environ 270 € / an

 

Pourquoi sur 10 ans ? Parce que les écrans interactifs sont munis d’une dalle LED qui va durer, en moyenne, 50 000 heures (contre 3 à 6 000 heures pour la lampe d’un vidéoprojecteur). 50 000 heures, c’est environ 30 ans d’usage à raison de 8 h / jour. Et la qualité de la dalle, donc de l’image,  va rester constante (pas de vieillissement).

 

Beaucoup d’écoles ne peuvent pas investir aujourd’hui dans un écran interactif car leur investissement est limité, mais si elles regardaient le coût d’usage, on voit dans le graphique ci-dessous qu’elles devraient le faire, au moins pour toutes les tailles jusqu’à 75” (suffisant pour une salle de classe).

 

Les entreprises devraient systématiquement investir dans un écran interactif plutôt qu’un vidéoprojecteur. D’abord, le gain d’usage, qui joue directement sur la qualité de présentation, est incomparable. Ensuite et surtout, les écrans interactifs sont d’ores et déjà moins chers que les tableaux et vidéoprojecteurs interactifs – et les entreprises peuvent facilement lisser leur investissement, via un leasing ou un emprunt.

Financièrement, le vidéoprojecteur interactif n’est plus intéressant que pour les images de diagonale supérieure à 84”. Il existe une plage (grosso modo de 85 à 110”) où le coût d’usage d’un écran interactif reste plus élevé : ce sont les seules dimensions pour lesquelles le vidéoprojecteur interactif peut se justifier, en dépit de sa faible qualité. Car au delà de 110”, l’image est trop grande pour être rendue interactive (si vous mesurez 1,75 m, vous n’arriverez plus à atteindre le haut de l’écran).

(Voir aussi mon article de 2009 où j’annonçais la fin à venir du tableau blanc interactif fixe. Nous y sommes).