En réponse à "l’analyse comparative" faite par Bernard-Yves Cochain sur les TBI portables eBeam

Bernard-Yves Cochain a publié sur le site du CDDP de Lozère une évaluation de notre technologie. Je trouve que cette analyse est partiale et comporte de multiples erreurs. Nous avons souhaité faire jouer notre droit de réponse et je réponds dans ce billet de façon très détaillée aux différentes observations faites par Bernard-Yves Cochain (voir ci-dessous).

Tout le monde peut avoir un avis positif ou négatif sur un produit ou une technologie, mais nous pensons que telle qu’elle est publiée, cette analyse présente un caractère dénigrant pour nos produits.

Nous sommes conscients que notre technologie de TBI portable, pratique et peu chère dérange. Mais il nous semble regrettable que Bernard-Yves Cochain, représentant attitré de l’Education Nationale et expert sur le sujet, présente de telles conclusions dans le cadre d’une analyse qui s’affiche comme neutre, ce qui a pour effet, à nos yeux, de mettre l’Education Nationale au service de quelques uns de nos concurrents et de transformer le site du CDDP en un site de propagande commerciale.

Où est l’intérêt des enfants et des professeurs ?

Ci-dessous, l’analyse de Bernard-Yves Cochain et en rouge, nos commentaires, pour que vous puissiez vous faire une idée…

Les DMI (Dispositifs Mobiles Interactifs)

Le terme même de DMI est dénigrant pour notre produit, car il induit aux yeux du lecteur non averti une différence de nature entre notre technologie de TBI portable et la technologie de TBI dite “classique”. Or il n’y en a pas. Les usages du TBI de poche sont identiques à ceux du TBI classique.

Mimio, eBeam et Tool-Tribe Connector

Les Tableaux Blancs Interactifs sont encombrants.

Les fabricants ont résolu une partie du problème en proposant des modèles de petite taille. S’ils sont plus faciles à transporter, en revanche, ils sont aussi plus petits à l’affichage.

Une solution astucieuse permet de s’affranchir de ce dilemme, les dispositifs interactifs mobiles.

Mimio et eBeam sont deux fabricants proposant ce type de solutions.

  • Il est possible de transformer tout tableau standard en tableau électronique grâce à ces dispositifs astucieux.
  • Ces dispositifs sont économiques et faciles à déplacer et à adapter sur une grande diversité de tableaux ordinaires.
  • Notons que Mimio et Ebeam proposent aussi de véritables tableaux interactifs.
  • Ils sont donc très bien adaptés aux utilisateurs mobiles.
  • L’utilisation de surface de projection non spécifiquement dédiée, par la présence d’un point chaud peut rendre difficile une utilisation à longueur de journée.

Nous avons déjà répondu à ce point, facilement contournable, dans notre blog : voir ici.

  • ATTENTION, comparez bien les prix avant d’acquérir ce type de solution. L’écart de prix entre ces produits et les vrais TBI sont minimes si ont parle de solution complète (avec vidéoprojecteur). Ne pas prendre un DMI pour le prix, là où un TBI est mieux adapté.

C’est ce genre de “conseil” qui font que nous trouvons que l’auteur du test sort du cadre d’une analyse objective. Les données récentes (disponibles dans la presse, par exemple chez Le Figaro), donnent un coût d’équipement moyen de 2000 à 3000 EUR. Le coût de notre solution mobile démarre à 750 EUR HT, 1 200 EUR si on compte aussi le vidéoprojecteur, pour un TBI portable pouvant aller jusqu’à 2,80 m de diagonale ! Bernard-Yves Cochain ne mentionne pas un autre avantage qui est celui de pouvoir partager le TBI mobile entre plusieurs classes et plusieurs professeurs, ce qui permet une utilisation beaucoup plus large et évite d’acheter des TBI sous-utilisés. Qui plus est, qui peut le plus peut le moins et les TBI mobiles peuvent être utilisés en mode ? fixe ? ; comme un TBI à l’ancienne.

 

Dispositifs Mobiles Interactifs (DMI)
Un tableau dans une “grande” poche

Principe Avantages et inconvénient des DMIQuand préférer un DMI ?

Le Principe des DMI

Les Tableaux Blancs Interactifs sont encombrants. Les fabricants ont résolu une partie du problème en proposant des modèles de petite taille. S’ils sont plus faciles à transporter, en revanche, ils sont aussi plus petit à l’affichage.

Une solution astucieuse permet de s’affranchir de ce dilemme, les dispositifs interactifs mobiles.

Mimio et eBeam sont deux fabricants proposant ce type de solutions.

Ces deux fabricants proposent deux gammes/ Une utilisable avec des feutres effaçables et une purement électronique. eBeam nous a donné à tester cette dernière, Mimio, celle avec des feutres effaçables.

eBeamMimio
Le dispositif se fixe par ventouses, vis, magnétisme, colle, sur une surface quelconque. Blanche si on veut projeter dessus.
(Concernant le TBI portable testé par PYC, il faut une surface blanche ou claire, puisqu’on projette dessus).
La barre se fixe à l’aide de ventouses sur la surface.
Le dispositif testé comporte un stylet électronique.4 porte feutres effaçables et une pointe électronique sont livrés.
Ce dispositif livré sans possibilité d’utilisation avec des feutres effaçables a une gamme d’utilisation restreinte par rapport au Mimio testé.
(Il existe bien un dispositif similaire au Mimio chez eBeam, avec des feutres effaçables, mais il n’a pas été testé par l’auteur de l’analyse).
Ce dispositif peut être utilisé sur n’importe quel tableau, y compris de papier et sans vidéoprojecteur.
Le logiciel a une interface sympathique, mais des fonctionnalités très, trop réduite, très loin de ce que peuvent proposer des fabricants comme Promethean, Hitachi, Calcomp ou Smart.
(C’est un jugement de valeur complètement subjectif que nous trouvons, là encore, partial et dénigrant. Le logiciel eBeam est avant tout conçu en recherchant une grande simplicité pour l’utilisateur et comporte tout, ou du moins la plupart, des fonctions nécessaires. Il s’agit de le rendre utilisable par tout professeur très simplement, comme Apple a pu le faire pour l’IPOD par exemple. De façon très concrète, et pour sortir du subjectif, il suffit de prendre n’importe quelle base de données d’exercices pour TBI, par exemple celle de Prim’Tice, pour se rendre compte que le logiciel eBeam est parfaitement adapté à la réalisation de ces exercices.Le logiciel contient des fonctions merveilleuses, telles que la conférence en ligne avec plusieurs TBI, que  Bernard-Yves Cochain ne mentionne même pas.Qui plus est, Bernard-Yves Cochain a utilisé le logiciel en octobre 2005 et publié son analyse fin mai 2006, soit 9 mois après, pendant lesquels de multiples enrichissements sont apparus.
Le logiciel est assez performant et comporte les fonctionnalités de bases, y compris la possibilité de revenir sur un tracé, ce qui est essentiel en pédagogie.
Bonne qualité de fabrication et bonne précision.
Pour la précision, c’est le moins qu’on puisse dire . Le dispositif est d’ailleurs intégré tel quel par plusieurs marques de TBI fixes très appréciées elles, de l’auteur de l’analyse, ce qui montre bien qu’il n’y a pas de différence de nature.
Qualité de fabrication un peu légère pour les porte-stylos. En revanche, la barre est très réussie.
La barre peut se voir clipser un module sans fil, très pratique.

Avantages et inconvénients des DMI

Avantages des DMIInconvénients des DMI
  • Les DMI (Dispositifs Mobiles Interactifs) sont d’un poids et d’une taille réduite.
    Ils sont donc facilement transportables
  • Ils peuvent être placé sur un tableau existant, voire sur un simple mur.
  • Le DMI créé une surface active de n’importe quelle taille. L’utilisation de plusieurs DMI en parallèle permet de créer des surfaces actives de très grande taille. Avec 4 barres Mimio, on peut ainsi équiper un tableau de 8m de long.

Avec 2 eBeam, on peut équiper un tableau allant jusqu’à 5,60 m de diagonale. De toutes façons, tout ceci n’a pratiquement aucune application scolaire. Aucun professeur ne veut utiliser des tableaux qui font 4 fois sa taille.

  • La projection dur un tableau blanc ordinaire provoque un point chaud (reflet de la lampe du vidéoprojecteur très désagréable). Il n’est donc pas question d’utiliser un DMI pour une utilisation régulière en classe sur ce type de support.

nous pensons que ces points chauds, dans les cas limités où ils peuvent apparaà?tre, sont très facilement évitables et avons montré comment simplement procéder sur notre blog).

  • Sur un support mat, les ventouses ne tiennent pas et il faut utiliser du double face ou des vis.

(Remarque : c’est pourquoi du scotch double face est fourni avec le matériel.
Les ventouses tiennent parfaitement sur un support lisse. Au total 4 supports sont fournis avec le tableau : magnétique pour les tableaux métalliques, ventouses pour les supports lisses, permanent (vis) pour ceux qui veulent utiliser eBeam en tableau fixe et scotch double face pour les murs… Avons-nous oublié quelque chose ??? Beaucoup de lycées utilisent le support magnétique et posent des petites plaques métalliques de quelques centimètres carrés dans les classes pour fixer eBeam sur le mur.

  • Les prix sont un peu élevés, surtout si on cherche à acquérir des packs avec vidéoprojecteur. à prix équivalent, les TBI ont des logiciels plus performants. (Cette position nous semble partiale. Dans la réalité, je constate que notre TBI a un coût bien moins élevé que les produits les mieux placés de nos concurrents, qui ont une taille d’écran beaucoup plus petite. Et à taille d’écran comparable, puisqu’eBeam permet de projeter sur des écrans de 2,80 m de diagonale, nos prix sont actuellement 2 à 5 fois moins chers que les concurrents “fixes”. N’étant pas informé à tout moment des prix des concurrents, je peux probablement oublier un ou des produits et dans ce cas, vous pouvez me le signaler en commentaires.
  • Pas de produits annexes, comme des tablettes sans fil.

(On tombe dans l’amalgame. Les tablettes sans fil n’ont rien à voir avec les TBI et constituent tout simplement un autre périphérique, qui peut être utilisé avec ou sans TBI d’ailleurs. Pour information, nous en proposons évidemment aussi. Contactez-nous 🙂

 

  • Logiciels rudimentaires, surtout dans le cas d’eBeam.

 

: Sur la performance du logiciel, il s’agit d’une affirmation totalement subjective contre laquelle nous nous inscrivons en faux.  Il ne faut pas confondre complexité et performance : notre logiciel est volontairement très simple, absolument pas bas de gamme et c’est pour ça qu’il est très apprécié des professeurs.

  •  Mais ceci n’est pas un inconvénient du système, simplement un positionnement marketing pas de gamme.

Il s’agit d’une observation purement dénigrante. On pourrait dire que l’IPOD a un positionnement bas de gamme parce qu’il est simple ? Transmis aussi pour information à 3M, dont le merveilleux Walll Display, qui intègre technologie et logiciel eBeam, ne nous semble pas vraiment bas de gamme !

 

 


Quand préférer un DMI ?

  • Pour une utilisation fixe, celle qui est recommandée pour un usage pédagogique, il est préférable d’avoir un tableau fixe.

 

? celle qui est recommandée pour usage pédagogique ? est une affirmation subjective. Bernard-Yves Cochain n’a pas le monopole des usages pédagogiques. Nous pensons pour notre part que, dans la majorité des cas, le TBI peut être vu comme une technique pédagogique d’appoint et ne peut  pas remplacer à 100% le tableau noir. Le fait, encore une fois, de pouvoir facilement le partager enter professeurs, entre classes, est donc un vrai plus.

Nous rappelons en outre que nos TBI de poche peuvent tout à fait s’utiliser de façon fixe, si l’utilisateur le souhaite et que nous vendons des TBI non portables fixes aussi ! (ce qui rend la remarque non seulement subjective mais non pertinente)

 

  • le DMI peut se justifier uniquement si on souhaite utiliser une dimension précise, non compatible avec celles qui sont proposées par les fabricants de TBI.

(Non. encore une fois, le TBI de poche peut se justifier dans tous les cas. Sur l’utilité des différents formats d’écran, voir aussi cet article de notre blog  )

 

  • Il faut cependant obligatoirement en ce cas, apporter un grand soin au choix de la surface de projection pour éviter le point chaud. Pour un utilisateur itinérant se déplaçant en transports en commun. En voiture, les petits TBI sont en général plus pratiques car ils comportent une surface interactive optimisée pour la projection, ce qu’il n’est pas toujours possible de trouver en situation de déplacement. Le court temps d’utilisation ne posera pas trop de problème pour les yeux des spectateurs (point chaud).

(Encore le genre de remarques qu’on aurait aimé ne pas voir dans une évaluation impartiale ! L’auteur de l’analyse se sert d’un problème très marginal et qui dans 99% n’existe pas ou se résout facilement , le “point chaud ” pour justifier le fait qu’il vaut mieux transporter un système complet dont la taille d’écran est extrêmement réduite et qui reste pesant au lieu d’une sacoche de 300 g qui va permettre de créer un TBI de 2,80 m de diagonale ! Pour arriver à cette conclusion, il doit quand même effectuer un subtil distingo entre transport à pied, en voiture, RER à noter que seule notre technologie se transporte à vélo ! Je me permets pour une fois une appréciation de valeur : c’est  risible).

  • Lorsque l’on veut équiper un tableau à papier, ou un très grand tableau, sans utiliser de vidéoprojecteur. En ce cas, la barre Mimio est parfaitement adaptée, car elle permet l’utilisation de 4 dispositifs en parallèle et surtout, ses stylets permettent d’y accueillir des feutres effaçables. à? noter qu’EBeam proposait un dispositif similaire, mais utilisant des piles rares et chères. D’ailleurs, ce produit n’est pas mis en avant par le fabricant, d’autant plus que le logiciel n’est pas compatible avec celui de la version purement électronique.

(Le produit avec des feutres effaçables est bien TOUJOURS proposé et mis en avant par eBeam, sous le nom d’eBeam Tableau Blanc. Il est beaucoup moins utilisé dans l’enseignement que dans les entreprises, ce qui explique pourquoi Bernard-Yves Cochain ne l’a pas testé. Le logiciel proposé est effectivement différent de celui de la version ? Projection ?, parce que l’usage n’est pas le même : l’un est un écran de PC projeté et partagé, l’autre est juste un tableau blanc partagé utilisé sans videoprojecteur). Les piles ? bouton ? du dispositif ? Entreprises ?  ne sont pas rares (piles classiques CR 2032, qu’on trouve en grande surface), mais sont effectivement plus chères que les piles du dispositif ? Enseignement ?, qui sont de simples  piles AA.

 


ATTENTION, un DMI n’est pas un TBI. Contrairement à ce que certains veulent faire croire, on ne peut pas comparer un TBI à un ordinateur fixe et un DMI à un portable. En matière pédagogique, le tableau est fixe dans la classe. C’est donc bien le TBI qui est le dispositif de référence. Ce qui est comparable aux portables, ce sont les tablettes sans fil, que les fabricants de TBI proposent tous.

(Nous nous inscrivons en faux total contre cette affirmation, qui est de nature dénigrante. Nous maintenons cette comparaison avec le portable, suggérée initialement par un lecteur de notre blog et que j’ai ensuite reprise en interview. Le terme DMI lui-même, inventé par l’auteur de cette ? analyse ?, est totalement inapproprié et dans les pays étrangers n’a pas d’équivalent : le monde entier, Bernard-Yves Cochain excepté, parle de  TBI portables ou de TBI de poche, ce qui est de loin le terme le plus naturel. Bernard-Yves Cochain lui-même semblait, en octobre, apprécier l’expression de TBI de poche ! Les TBI portables que nous proposons gèrent des surfaces de taille identiques aux TBI. Ils sont intégrés dans des dispositifs fixes dits ? haut de gamme ? proposés par différents constructeurs tels que NEC ou 3M. Il n’y a pas de différence d’usage pour les professeurs ou les élèves. Les comparer à des tablettes sans fil, qui sont au format A4, a un caractère dénigrant pour eBeam et induit encore une fois le lecteur en erreur. Au final, du TBI portable au TBI fixe, en passant par le projecteur avec TBI intégré et les tablettes, je pense que nous proposons, contrairement à ce que pense Bernard-Yves Cochain, une des gammes les plus étendues du marché.)

(1) commentaires pour "En réponse à "l’analyse comparative" faite par Bernard-Yves Cochain sur les TBI portables eBeam"

  1. Droit de réponse

    […] vif de cette réponse. C’est la 2ème fois que BYC nous fait ce coup là (voir notre première réponse) et comme je lui ai exposé personnellement plusieurs fois nos arguments, je pense que la […]

Laisser un commentaire sur le blog